dimanche 3 janvier 2010

Ladakh Zanskar


Posted by Picasa


LADAKH :                                    


Géographie :
                                                                            

Ladakh, région d'Asie centrale, située dans le nord de l'Inde, l'Est du Pakistan et l'Ouest de la Chine. Il est un district de l'état indien de "Jammu et Cachemire". Le Ladakh est une région très montagneuse et aride, la plus haute région habitée au monde. Limité au sud par l'Himalaya et au nord par la chaîne du Karakorum, le Ladakh est traversé par l'Indus, de nombreux torrents de fonte de glaciers, et les villages sont des oasis situés sur chaque emplacement à peu près plat de la montagne.
Les vallées spectaculaires de Suru et de Zanskar, qui se nichent le long des contreforts de la principale chaîne himalayenne, sont les plus importantes. Les vallées latérales de Drass et de Wakha-Mulbek, ainsi que celles de Chiktan, bien que plus petites, restent néanmoins des vallées importantes au second degré.

 Climat :


L'altitude de ce plateau varie de 2500 à 5000 m et l'ensemble de la région ne reçoit que 80 mm de pluies par an, car la chaîne de l'Himalaya agit comme une barrière pour les nuages chargés d'humidité de la mousson. Le Ladakh connaît deux saisons. L'hiver avec des températures decendant à - 30°, de la neige et des routes coupées. L'été de mai à fin octobre, où le climat est très sec et rude avec de variations de + 35° le jour et
+ 10° la nuit. En septembre, il gèle la nuit et sur certains sommets, c'est dès mi-août que le froid s'annonce.


Population :


Les habitants du Ladakh descendent des Tibétains et des Dardes. La population est en majorité de religion bouddhiste. La langue parlée est le ladakhi, un dialecte tibétain.
Dans cette économie rurale,  la culture de base est le grim, une espèce d'orge. Il n'y a presque pas d'arbres et le bois de chauffage vient des vallées du Cachemire. Les Yacks sont utilisés comme bêtes de somme et leur laine sert à la fabrication de tapis, de tentes et de cordes. Les bergers élèvent des chèvres pour leur laine de qualité appelée pashmina.


Histoire :


Au Xième siècle, à la suite d'une violente guerre civile au Tibet, une partie de la famille royale tibétaine réussit à s'enfuir et s'exile au Ladakh où elle fonde le premier royaume ladakhi. Au fil des siècles, ce royaume s'amincit ou s'aggrandit au gré des invasions cachemiris et des reconquêtes ladakhis. Mais le Ladakh ne se relèvera pas de la dernière invasion de 1843, qui est entérinée par les colons anglais en 1946. 
L'année suivante, en 1947, quand le Cachemire se rallie à l'Inde qui vient d'obtenir son indépendance, le Ladakh est déclaré partie intégrante de l'Inde. Mais, dans les mois et les années qui suivent, l'inde doit affronter l'armée pakistanaise à l'ouest qui envahit le Ladakh en remontant l'Indus, puis l'armée chinoise qui vient d'envahir le Tibet à l'est. Mais elle ne peut faire reculer ces armées et abandonne le Baltistan et une partie du Cachemire au Pakistan, et les hauts plateaux de l'Aksaï Chin à la Chine, soit près de la moitié du Ladakh de cette époque. C'est ce qu'il reste à l'Inde de cet ancien royaume qui constitue le Ladakh d'aujourd'hui. 


ZANSKAR :


Géographie :


L'ancien royaume du Zanskar est rattaché maintenant à la région du Ladakh dans l'état indien du Cachemire. Il est composé de quelques vallées entre 3400 et 4400 mètres.
Padum, est la capitale


Histoire :


Le royaume du Zanskar a longtemps été gouverné par deux rois issus de la famille royale du Ladakh. Ces deux rois avaient installé leurs capitales à Zangla et à Padum. Lors de l'accession de l'Inde à l'indépendance, la totalité de la région du Cachemire à majorité musulmane mais possédant une importante communauté boudhiste fut rattachée à l'Inde sous la pression des armes. Le Pakistan voisin s'appropria la partie nord de ce territoire et réclame depuis fort longtemps la restitution de la région de Srinagar qui de ce fait vit sous haute tension depuis presque 20 ans. Le Zanskar est longtemps resté en marge de ces problèmes du fait de son isolement. La seule piste reliant la vallée au reste de l'Inde fut ouverte au début des années 1980.


Principaux monuments du bouddhisme du Ladakh et du Zanskar

- Les murs de mani, que l'on trouve un peu partout , sont des murs de pierres entassées gravées de l'inscription « Ôm Mani Padme Um » (« Salut ô joyau dans la fleur de lotus »), qui est la prière murmurée à longueur de journée.
Quand on rencontre un mur de mani, il faut le contourner dans le sens des aiguilles d'une montre. On réduit ainsi le temps qui nous sépare de l'accès au nirvāna .



- Les chortens : c'est ce qui correspond aux stupas que l'on trouve traditionnellement dans les pays bouddhistes. Il faut les contourner, eux aussi, dans le sens des aiguilles d'une montre. À l'intérieur, il y a, en principe, des petits pains en forme de bouddhas, faits avec les os pilés des morts.
- Les gompas : les monastères. Il y en a dans les plus petits villages. Beaucoup s'accrochent à la montagne dans des positions invraisemblables



- Les drapeaux à prière, disséminés partout dans le pays qui, par le mouvement du vent, débitent des prières continuelles. Ils sont accrochés les uns aux autres en formant de véritables guirlandes multicolores (lungta).

- Les moulins à prière, qui produisent autant de « Ôm Mani Padme Um » qu'ils font de tours. À faire tourner dans le sens des aiguilles d'une montre.